{ background-color: #242e2d; }

Le voyage lent, un outil pour dilater le temps

7 Fév 24 | Création de contenus, Personal branding, Podcast

Le voyage lent, conscient, énergétique, vibratoire, responsable… Je vous invite à découvrir cet échange hors du temps, pour prendre le temps.

Si le lecteur ne s’affiche pas, tu peux écouter l’épisode ici.

Mots-clés de l'épisode :
Partir en vacances avec son chien et lui offrir un accueil de qualité, c'est possible grâce à la plateforme emmenetonchien.com créée par Sophie Morche

Le voyage lent, un outil pour dilater le temps

Le voyage lent, conscient, énergétique, vibratoire, responsable… J’aurai pu utiliser l’un de ces qualificatifs pour raconter la teneur de mon échange avec Fabien Dupuis, mon invité du jour.

Ce que je retiens de ma rencontre avec Fabien, c’est que le voyage est une immersion émotionnelle qu’il faut oser vivre. C’est une aventure à la rencontre de soi, où l’on vient chercher quelque chose en nous de façon consciente ou inconsciente, qui ne demande qu’à se révéler.

Fabien est une personne qui vibre au rythme de son territoire, et qui invite les voyageurs à vivre pleinement cette énergie lors de ses activités en montagne.

Je vous invite à découvrir cet échange hors du temps, pour prendre le temps.

Cet épisode fait partie de la mini-série sur le thème “Tous Ambassadeurs de nos territoires”.

Crédit photo : ©Fabien Dupuis

Mon invité du jour : Fabien Dupuis – Propulseur de rêves

Dans l’épisode 89, Soline Morattel nous partageait sa stratégie pour attirer naturellement des voyageurs sur le territoire des Hautes Vallées, dont l’animation de son réseau d’ambassadeurs du territoire.

Ce sujet m’a inspiré une mini-série d’épisodes que j’ai intitulée « Tous ambassadeurs de nos territoires ».

J’ai le plaisir d’accueillir dans ce nouvel épisode mon invité du jour : Fabien Dupuis. Installé depuis 2017 sur le territoire haut-alpin, cet amoureux de nature invite les voyageurs à vivre l’instant présent, naturellement.

Accompagnateur en montagne, moniteur d’alpinisme, de VTT et prépateur physique et mental, Fabien prône une approche plus authentique basée sur le mouvement et l’introspection.

« Les pieds ancrés au sol des montagnes, la tête perdue dans les étoiles, je partage depuis plus de vingt ans mon regard sur l’humain, le monde et la nature, notamment dans cette magnifique région des Hautes-Alpes. »

Pour en savoir plus, retrouvez Fabien sur son site web.

Raconte-nous ton histoire avec le territoire des Hautes-Vallées

J’ai depuis toujours un lien vibratoire avec le territoire des Hautes-Vallées, un lien qui dépasse l’aspect matériel pour toucher à une dimension énergétique.

Dès mon enfance, j’ai été attiré par cette région qui m’inspire calme et motivation. C’est cette connexion qui m’a poussé à devenir ambassadeur du territoire, pour protéger ce cadre naturel exceptionnel.

Mon rôle ne s’arrête pas simplement à « pratiquer la montagne », mais plutôt d’apprendre à vivre avec les montagnes. Ici on parle de l’importance de s’intégrer dans un écosystème et de respecter chaque être vivant qui le compose.

A travers mon métier d’accompagnateur en montagne et de moniteur de vélo, j’essaye d’initier et d’éveiller les gens à profiter de ce terrain de jeu, tout en respectant aussi les autres vivants, à savoir les végétaux et les animaux.

En 2019, j’ai réalisé une traversée à VTT qui partait de la vallée de la Grave et qui s’est terminée à Barcelonnette. L’idée était de relier les différents sommets qui culminent à plus de 3000 mètres d’altitude uniquement à VTT. Le territoire des Hautes Vallées est assez singulier par rapport à ce qui se fait dans le reste des Alpes. Tous ces sommets à 3000 m sont praticables à 99% en VTT de descente, moyennant un certain niveau. A la montée, il faut porter son vélo sur son dos, mais à la descente, 95 à 99% du parcours peut se faire sur la bicyclette.

Et quand j’ai réfléchi à ce projet, je cherchais des partenaires et j’ai rencontré Elodie, la directrice de l’Office de Tourisme avec qui j’ai parlé de ce projet. Et tout de suite, ça a résonné chez elle : c’est la première fois qu’un sportif allait relier les différents territoires de la destination en ne passant pas par les routes. Ce projet sportif n’avait pas de caractère d’exploit, mais plutôt un caractère d’exploration et d’aventure. Ce projet a fait sens et c’est ce qui a lancé ma collaboration avec la destination des Hautes Vallées.

Puis après, par différentes discussions, on s’est demandé comment inscrire cette collaboration dans le temps. C’est comme ça que je suis devenu de manière plus formelle un ambassadeur du territoire.

Donner la parole aux habitants du territoire

Dans ma convention avec l’Office de Tourisme, ma mission principale est de réaliser des portraits de locaux.

Dans l’approche du tourisme, je pense qu’il y a une belle réflexion à avoir : il y a le tourisme du point de vue des visiteurs, mais aussi le tourisme pour les personnes qui vivent à l’année sur le territoire, qui peuvent bénéficier ou non du tourisme dans leurs activités.

L’idée c’est de mettre un coup de projecteur sur des gens qui habitent là à l’année, qui travaillent à l’année, qui font vivre ce territoire.

Je me déplace pour aller à la rencontre, pour tisser du lien. Je trouve ça génial. J’y ajoute aussi ma casquette de photographe que j’assume à 100 % sur cette mission-là.

Ma casquette de reporter-journaliste, je la partage avec Prune (ma compagne) qui est spécialiste de l’écriture et qui m’est d’une aide précieuse en fait sur le rendu final.

Votre audit marketing offert ©yenbui.fr

Le besoin d’immersion : un appel à la déconnexion ou à la reconnexion ?

Que ce soit en ski, en randonnée ou en vélo, chaque activité est un moyen de s’immerger pleinement dans l’environnement et de se reconnecter avec soi-même.

On peut arpenter la montagne à différentes vitesses, en courant, en marchant ou à bicyclette.

Qu’est ce qui fait que les gens viennent ? Ils viennent pour l’expérience. Et l’expérience est multifactorielle. Je pense qu’ils viennent un peu pour le territoire parce que c’est grandiose quand on est face à la Meije ou face à la Barre des Écrins, quand on est dans une forêt de mélèzes alors qu’on vient de Paris, d’Annecy ou de Lyon.

Ils viennent aussi pour le spectre énergétique, ils se sentent apaisés. Ils se sentent vivre aussi au ralenti par rapport à leur vie dans le milieu urbain et ça, c’est quelque chose qui vient contraster et les nourrir. Et puis ils viennent un petit peu aussi pour rencontrer le personnage.

Quand mes clients fidèles me demandent « où nous emmènes-tu l’année prochaine ? », je leur rétorque « que voulez-vous vivre avant tout ?« .

Il y en a qui viennent rechercher « l’exploit sportif, se dépasser ». Mais il y en a qui viennent chercher du ressourcement, de l’apaisement. D’autres qui viennent chercher ma casquette de préparateur mental sur de la réflexion, de l’ouverture d’esprit, de la remise en question

J’aspire à redéfinir avec mes voyageurs leurs projets de voyage, une sorte de quête de sens et d’immersion profonde, pour y trouver une résonance plus personnelle et spirituelle.

Le pouvoir du mouvement comme vecteur de création

On peut partir à la rencontre avec soi-même à travers la rencontre avec les autres et l’immersion en nature.  Les randonnées en montagne, ou même en campagne, sont des occasions de « rendez-vous avec soi-même ».

Si tu veux aller te rencontrer, il faut aller rencontrer des gens parce que c’est le miroir que va te renvoyer ces gens par le questionnement, par le jugement, par l’interaction qui va te renvoyer face à tes propres valeurs, tes propres croyances.

On dit souvent qu’il est nécessaire de se mettre en mouvement pour trouver de l’inspiration ou prendre de la hauteur. En montagne, il m’arrive souvent de marcher tranquillement devant sans parler.

Et là, tu te retrouves en mouvement, face à toi-même avec ton sac à dos et tu as plein de choses qui se passent dans ta tête. Le mouvement laisse la place au cheminement, physique et mental.

Le mouvement a une propriété hyper puissante, c’est qu’il est vecteur de création et il est structurant aussi pour la pensée.

Il est urgent de prendre le temps

Il faut prendre le temps pour que la connexion se fasse. C’est un peu comme quand tu ouvres ton ordinateur, tu ne peux pas te connecter à Internet tout de suite. Il faut d’abord capter le signal du réseau. C’est la même chose pour nous.

Si on est que dans l’urgence temporelle, parce que notre but principal de la journée en ayant pris un guide, c’est de boire le café à 9h, d’aller faire 2000 mètres de dénivelé, de manger dans un restaurant, de rentrer à 16h pour aller faire des bains chauds dans des thermes, ce n’est pas vivre une expérience. Ca, c’est bien pour nourrir son fil Instagram.

Par contre, pour se connecter pleinement à ce qu’on est en train de faire, on est dans une crise de temps et le fait de dilater le temps permet aux gens de se connecter avec l’univers dans lequel ils sont. Et donc moi je prône l’univers dans lequel je vis.

Faire silence pour laisser émerger les émotions

Mon conseil pour évoquer l’émotion chez quelqu’un : faire silence. J’invite mes clients à arrêter de parler pour se connecter au moment présent et laisser l’émotion surgir. Le silence effraie souvent, mais c’est dans cet espace que les émotions peuvent émerger.

L’humain doit être au cœur du voyage.

En fait, les émotions, c’est un peu le cœur de la vie. Nos vies sont des cascades d’émotions qui s’enchaînent et qui arrivent avec une intensité plus ou moins forte et dans un espace temps que l’on ne maîtrise pas du tout. Et pendant longtemps d’ailleurs, dans l’ouvrage que j’avais écrit sur la préparation mentale, je parlais de gestion des émotions. Et avec un peu plus de recul et de maturité, je pense qu’on ne gère rien du tout.

Il n’y a rien de tel que d’assister à ces instants de vie magiques, comme celui d’un directeur à la carrure imposante, assis sur un rocher, admirant un coucher de soleil en montagne, et laissant couler une larme sur sa joue.

Cette image humanise le voyage et rappelle l’importance de prendre le temps, de s’ouvrir à l’émotion et de vivre pleinement l’expérience du voyage lent.

Le silence effraie souvent, mais c’est dans cet espace que les émotions peuvent émerger.

Un grand merci à toi Fabien pour cette conversation inspirante qui nous rappelle que pour comprendre un territoire, il faut le vivre.

Et je vous invite vous aussi à vous laisser tenter par une aventure dans les Hautes-Vallées, pour découvrir non seulement un territoire, mais aussi pour vous découvrir vous-même.

D’autres articles dans la même thématique

Rejoignez la news dédiée aux hébergeurs touristiques

Abonnez-vous à ma newsletter 💌

et recevez votre cadeau de bienvenue !

Vous pourrez vous désabonner à tout moment.

Mes conseils pour booster votre visibilité et notoriété, acquérir de nouveaux clients et les fidéliser

hello, moi c’est Yen 🤓

Après avoir créé ma première entreprise de conseil en marketing digital en 2010, je décide en 2018 de rejoindre l’Office de Tourisme du Dévoluy en tant que community manager (CM comme on dit). En 2022, l’appel de l’entrepreneuriat devient trop fort, alors c’est reparti pour une nouvelle aventure !

Ma vocation avec ce blog et le podcast qui l’accompagne : aider les hébergeurs touristiques, professionnels et particuliers, à booster leur visibilité et leur taux de réservation grâce à des conseils faciles à mettre en action.

discutons en live

Tu veux plus de contenus pour

  • Créer du contenu dans la durée

  • Développer ton personal branding

  • Booster ta visibilité grâce aux influenceurs

  • Construire des partenariats qui ont du sens

    1h pour booster ta stratégie

    Je te propose une séance d’1h en visio pour booster ta stratégie et oser passer à l’action.

    Tu repartiras avec un plan d’actions concret à mettre en place.

    Ces épisodes pourraient aussi te plaire

    Emmenetonchien.com la plateforme du tourisme dog-friendly

    "Prouve-moi que l'on peut partir facilement en vacances avec un chien et on pourra en adopter un". C'est le défi que lui a lancé son mari il y a plus de 10 ans lorsque Sophie Morche rêvait d'adopter un labrador. En cherchant très vite sur le web, Sophie réalise que...

    Le tourisme social et solidaire avec Parents Vacances

    J'ai le plaisir de participer pour la première fois à l'événement Podcasthon, un rassemblement de plusieurs centaines de podcasts francophones. En 2024, ce sont plus de 450 podcasteurs attendus durant la semaine du 25 au 31 mars. L'objectif ? Faire la promotion de...

    A propos de moi

    Je suis Yen Bui, formatrice en marketing touristique et hôte du podcast Actions/Réservations.

    J’aide les professionnels du tourisme à devenir acteurs du développement de leur territoire 🇫🇷

    Cet épisode t'a plu ?

    Abonne-toi à ma newsletter 💌 pour recevoir chaque lundi des contenus exclusifs et une dose d’inspiration pour développer ta communication émotionnelle.
    En t’abonnant tu auras accès à tous mes bonus gratuits 🎁